Lourd bilan pour les attentats de Londres?

Publié le par Herlez Grégory

 Plus de 50 morts, plus de 700 blessés dont une vilgtaine sont dans un état jugé très critique. C'est le dernier bilan de l'attentat de Londres.

Les médias nous balancent des chiffres. Mais qu'y a-t-il derrière ces nombres? 50 morts: 50 personnes qui partaient au travail, qui faisaient les magasins parce qu'ils avaient posé un jour de congé, qui se dépéchaient pour se rendre à leur rendez-vous professionnel...

C'est peut-être cette jeune fille qui allait voir son  jeune amoureux, celui qu'elle avait rencontré  la semaine dernière, lors d'une soirée chez son amie, et qu'elle avait trouvé si mignon. Le jeune garçon découvre alors qu'elle ne viendra jamais à leur premier rendez-vous, ni aujourd'hui ni demain...

C'est peut-être ces trois garçons qui profitaient des vacances pour aller se faire un match de football avec tous leurs copains de classe. C'est un match contre la mort qu'ils perdirent!

C'est peut-être cette jeune maman qui promenait son si beau bébé, dans la ville qui l'avait vu naître quelques semaines plus tôt. Le père, qui avait construit le berceau de ses propres mains, vit son foyer, sa vie se détruire en un instant!!!

C'est ce cadre, père de deux enfants, qui partait au travail. Il était en retard parce que sa voiture ne démarait pas et avait emprunté les transports en commun. Ca faisait longtemps qu'il n'avait pas pris les transports en communs! Il ne les prendra jamais plus! Ses enfants non plus!

C'est aussi ce jeune étudiant français, qui était parti à Londres pour travailler son Anglais. Il avait trouvé un petit boulot dans une chaîne de resturation rapide et un petit logement sympathique. Il avait eu sa mère au téléphone la veille et lui avait dit qu'il la rappèlerait le lendemain soir. C'est sa mère, paniquée, en larmes, poignardée dans ses entrailles, qui tenta de le joindre toute la journée sur son portable, en vain...

Ils s'appellent John, Samantha, Greg, David, William, Steve, Mary... ils avaient une vie honorable, ils étaient appréciés par leur entourage et avaient chacun leur propre vie... mais ce jour-là, leur vie leur à été ôtée, arrachée à leur famille, leurs amis...

Donc Non!!!! Médias: ces victimes ne sont pas des chiffres: montrez des photos, des noms, des témoignages de leur entourage... mais ne résumez pas leur vie en un simple numéro. Car en mettant ces statistiques en avant, c'est déshumaniser un acte barbare, lâche, provoqué par des extrémistes, sans coeur, sans esprit. Et c'est peut-être leur lancer le défi d'un prochain triste record à battre.

Publié dans Actualité

Commenter cet article