CIC, parce que les banques beuguent...

Publié le par Grégory Herlez

Le CIC a lancé une campagne de buzz, relayée par un spot TV invitant à imiter le banquier d'en face quand il beugue sur lesbugsdenface.com. Une fois sur le site, l'internaute envoie en photo ou vidéo son imitation du bug du banquier d'en face (jusqu'au 13 juillet 2006). Si il invite suffisament d'amis à voter pour lui, il peut gagner un MacBook Pro, un iGroove et un iPod, un iPod, ou un iPod nano.

Ainsi, la campagne du Crédit Industriel et Commercial monte d'un cran dans la ridiculisation de ses concurrents. Tout commence avec le "Banquier d'En Face" qui tourne sans cesse ses stores pour dissimuler à ses clients l'offre du CIC affichée sur un panneau publicitaire extérieur, derrière son bureau. Puis il y avait le banquier du CIC qui n'hésitait pas à venir chez son concurrent pour déplacer une plante, afin que les clients de la banque d'en face puissent apercevoir son panneau publicitaire. Enfin, les banquiers d'en face se déguisaient afin de pouvoir espionner ce qui se passait au CIC.

Puis, le banquier d'en face a commencé à beuguer. Les clients présents dans son bureau se retrouvaient devant un pantin immobile avec la bouche entrouverte dès qu'ils posaient une question précise pour le placement de leur argent.

Pour cette campagne de communication, on peut distinguer deux temps. Le premier est consacré aux concurrents.  Les autres banques sont mises dans le même panier en les nommant Banque d'En Face. Le monde du crédit financier est donc divisé en deux catégories: le CIC et les autres. Les banquiers d'en face sont caricaturés comme le banquier des années 1970-80 (on pourrait le croire sorti de "Message à Caractère Informatif") . Dans un univers professionnel assez terne, il porte un costume grisonnant et n'est pas très souriant. Le second temps est dédié au CIC. Son banquier est seul (on peut donc penser qu'on a un seul interlocuteur quand on est client du CIC) contrairement à la banque d'en face. Il est seul mais assez dynamique, souriant, avec un beau complet noir. Il fait tout pour qu'on aperçoive la publicité vantant les produits financiers du CIC, jusqu'à aller chez ses concurrents pour rendre bien visible les publicités. Il n'a pas peur d'aller chez la banque d'en face puisqu'il sait pertinemment que l'offre du CIC est la meilleure.

Mais la campagne de buzz ne va plus s'occuper du deuxième temps. Elle s'attarde sur la ridiculisation du Banquier d'En Face qui beugue, tel un PC (en référence aux vidéos virales vantant le Mac d'Apple). Finalement, on est tenté de croire que le CIC n'a rien d'exceptionnel. C'est la banque d'en face, et donc les autres banques, qui n'est pas dynamique. Pas très rassurant le message finalement. "Pour placer votre argent, vous n'avez pas le choix: le CIC".

Cependant le contexte assez dynamique du secteur banquier contredit complètement le message du CIC. Leur campagne de communication n'a pas de quoi faire déchanter les banquiers du Crédit Agricole, ni de faire un michoui d'Ecureuil. Dans l'univers du monde du crédit financier où la communication est assez incisive (remaniement du logo et de la charte graphique du Crédit Lyonnais, de La Poste; la campagne hollywoodienne Tercéo de BNP Paribas; les projets de Banque Populaire...), n'est-il pas plus pertinent de communiquer sur ses produits et de faire la différence sur quelque chose de concret? Communiquer sur la léthargie de ses concurrents ne manque-t-il pas de crédit-bilité quand on connaît le dynamisme du secteur?

Publié dans Communication

Commenter cet article

c0mm0n 22/02/2016 19:12

enfoiré de miles dyso​n, tu m'as doxé fzdp !

el-fred0 18/06/2006 19:22

Une publicité sans aucune imagination qui tente vainement de creer un buzz sur pas grand chose .

Au final, cette pub peut renforcer l image agressive et presomptueuse des banquiers .

Le vavapiolou 29/05/2006 14:39

Une campagne de buzz bien terne qui repose sur une critique de la concurrence. La campagne n'est pas assez décalé pour faire du bruit. Au final, je repars avec la sensation désagréable qu'il dénigre sans proposer mieux. En tout cas, les campagnes télé ou web ne nous en informent pas... Selon moi, pas de buzz négatif mais pas de buzz du tout